L’Odyssée de Sven • Nathaniel Ian Miller

Je suis très attachée aux éditions Buchet Chastel, notamment à leurs publications en rentrée littéraire, depuis que deux livres ont marqué ma vie : « Dites aux loups que je suis chez moi » et « Le silence des repentis« . Découvrir ce nouveau titre à l’occasion de la rentrée littéraire était donc une évidence. Il est en librairie depuis le 25 août dernier.

Résumé …

Lassé de sa vie à Stockholm et d’un travail qui lui broie l’âme, le jeune Sven décide d’assouvir ses envies d’exploration polaire et de rejoindre le Spitzberg. Là-bas, la nuit arctique règne en maîtresse, on doit résister aux assauts des éléments comme un coquillage qui s’agrippe à son rocher, on peut assister à la splendeur d’une aurore boréale et être dévoré par un ours blanc dans la minute qui suit. En route, il rencontrera de nombreux compagnons comme un géologue excentrique, un trappeur finlandais socialiste ou un chien plus utile qu’il n’en a l’air. Il assistera à la naissance d’un iceberg, aux jeux des renards polaires, et apprendra l’art de la chasse. Seul, il ira au bout de lui-même pour mieux retrouver le reste du monde. En imaginant la vie d’un ermite du début du XXe siècle, Nathaniel Ian Miller nous livre un roman d’une bouleversante humanité, véritable ode à la nature, aux familles qu’on quitte, à celles qu’on se crée et à celles qui nous retrouvent, même au cœur de l’inhabitable.

Mon avis …

Inspiré de la vie d’un chasseur spitzberguien dont il ne reste que peu de traces, l’auteur raconte cet homme qui choisit, au début du siècle dernier, d’aller vivre dans une cabane, seul, au Raudfjord, un archipel du Svalbard dans l’Arctique norvégien. Vous l’aurez compris, ce livre est d’une grande originalité, par le personnage qu’il nous décrit, en dehors de toutes les cases que l’on peut connaître, et par ses lieux : le Grand Nord. Il nous fascine, or peu d’entre nous le connaissent vraiment, et encore moins l’expérimentent. Sven, lui, va choisir d’y passer sa vie, en solitaire, éloigné de toute civilisation.

Se rapprocher de la nature, se confronter à soi-même, voilà tout ce qui va motiver ses choix de vie, et ce qui l’amenera à vivre de nombreuses épreuves difficiles. Certaines vies sont faites pour devenir des romans, et il est clair que celle de Sven en fait partie. C’est un personnage très particulier, incompris parmi la civilisation et les attentes de la société que nous connaissons. Alors, il va se réfugier dans la solitude, découvrir ce climat hostile, apprendre des pratiques de survie, de trappage des animaux, se familiariser avec la vie sauvage aussi.

A partir de la partie 4, le livre prend à mon sens une tournure plus touchante, avec un certain retour à la vie humaine, aux sentiments, à l’existence. Mon intérêt pour le roman s’est vraiment réveillé à ce moment-là. Les liens humains sont au coeur de ce que j’aime lire, et ils m’ont souvent un peu manqué dans ce roman-là. Le personnage d’Helga apporte beaucoup au roman, car comme Sven, elle n’est pas ce qu’on attendrait d’elle, d’autant plus en tant que femme. Les sujets traités par le roman sont profonds et beaux, et jamais sous l’angle du cliché, bien au contraire. Malgré la dureté de l’existence choisie par le personnage, il y a une véritable humanité qui se dégage de chaque être présent dans ce roman, et c’est ce que je retiendrai.

Il y a dans ce texte de nombreux éléments qui rappelent les récits de voyage, et si vous aimez ces lectures, alors vous allez être sans aucun doute embarqué dans l’histoire de Sven. L’auteur livre une ode à la nature, à la survie, et décrit une vie que nous ne pouvons pas imaginer sans l’avoir vécue. C’est un roman avec peu de dialogues, très introspectif, dans lequel les descriptions ont évidemment une grande place. C’est une véritable immersion dans la vie de Sven, au sein de sa cabane, entouré de fjords, vivant grâce à la chasse, et survivant au rythme d’une nature silencieuse.

Pour résumer …

Une ode à la nature, aux airs de récit de voyage, pour décrire la vie d’un homme ayant choisi de vivre seul, dans le Grand Nord. Parfois touchant, ce roman est aussi une très belle description d’une vie loin de la civilisation, au coeur de terres hostiles.

Ma note : ★★★★★☆
(15/20)

Cet article est sponsorisé.

2 réflexions sur “L’Odyssée de Sven • Nathaniel Ian Miller

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.