(Parutions Littéraires) Rentrée Littéraire • Août 2022

Chaque année, au mois d’août, la rentrée littéraire arrive en librairie. Pour cette année 2022, j’ai repéré de jolies parutions et je vous en partage quelques unes dans cet article.

17 août 2022 : Arpenter la nuit, de Leïla Mottley (Albin Michel)

Kiara Johnson est une Noire-Américaine de 17 ans dont l’existence n’a rien à voir avec celle que sont censées vivre les filles de son âge. Habitant seule à Oakland, Californie, avec son frère aîné Marcus depuis que leur mère a été envoyée dans un centre de réinsertion, elle se démène au quotidien pour trouver de quoi payer les factures. Face à l’irresponsabilité de Marcus, tout entier dédié à son rêve de devenir rappeur, elle n’a comme sources de réconfort que sa meilleure amie Alé et le fils de sa voisine, Trevor, âgé de 9 ans, dont elle s’occupe quand sa mère disparaît sans prévenir. Mais lorsque le propriétaire de leur appartement menace d’augmenter le loyer, elle se retrouve à faire le trottoir, déterminée à survivre dans ce monde qui refuse de la protéger. Tout bascule le soir où Kiara monte dans la voiture de deux agents de police. Ces derniers lui proposent alors, en échange de sa liberté, un infâme accord qui va la propulser au cœur d’une violente tempête médiatique…

17 août 2022 : Le Jeu de la Reine, de Elizabeth Fremantle (Hauteville)

Mais qui fut la seule femme à avoir survécu à Henry VIII ? Voici son portrait… Veuve pour la deuxième fois à l’âge de trente et un ans, Catherine Parr est contrainte de retourner à la cour du vieux roi Henri VIII. Captivé par son honnêteté et son intelligence, Henri Tudor décide de l’épouser. Tandis que Thomas Seymour, le fougueux amant de Catherine est envoyé au loin, celle-ci devient reine d’Angleterre. Passionnée par la réforme religieuse, et gardant à l’esprit le destin funeste des précédentes femmes de son mari, elle doit faire appel à toute son intelligence pour déjouer les manigances de la cour. Entre les complots, les exécutions perpétuelles et les jalousies des courtisans, elle a très peu d’espoir de survivre… Pour les fans de Philippa Gregory, de Hilary Mantel et d’Alison Weir. Bientôt adapté au cinéma avec Jude Law et Alicia Vikander, Le Jeu de la reine est un récit passionnant, riche en détails historiques, sur une reine Tudor qui a épousé quatre hommes et survécu à trois d’entre eux, dont Henri VIII.

17 août 2022 : Le fleuve des souvenirs, de Jose Maria Merino (Faubourg Marigny)

« On raconte qu’un être humain met à peine plus de huit secondes à tomber amoureux, et tandis que tu regardais et que tu écoutais cette fille aux yeux brillants (…), tu sentis à son égard cette sympathie particulière, ce désir invincible de proximité que revêt l’amour lorsqu’il apparaît ». En compagnie de son fils Silvio, Daniel parcourt l’Alto Tajo, un lieu légendaire où il prévoit de disperser les cendres de sa femme. Ce sont les mêmes lieux où cet homme et cette femme, dans leur prime jeunesse, ont partagé une forte passion amoureuse. Ce voyage imprévu va permettre à Daniel de se remémorer sa bouleversante histoire d’amour, de trahison et de regret.

17 août 2022 : La revanche des orages, de Sebastien Spitzer (Albin Michel)

Pilote de l’US Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale, le major Eatherly a participé au bombardement d’Hiroshima. Démobilisé, il est accueilli en héros dans son pays mais peine à retrouver une vie normale. Se murant dans le mutisme, la voix étrange d’Hanaé, une jeune rescapée de la bombe, l’obsède à tel point qu’il croit être gagné par la folie.

17 août 2022 : Les Bohémiennes, de Jasmin Darznik (Hauteville)

1918. Dorothea Lange, la vingtaine téméraire, débarque à San Francisco. La catastrophe dont elle est le témoin marque un tournant dans sa vie. Elle se lie d’amitié avec Caroline Lee, artiste au passé compliqué, grâce à laquelle elle intègre le Monkey Block, haut lieu de la bohème. Propulsée dans un monde grisant de liberté, d’art et de politique, Dorothea monte avec Caroline un studio florissant, mais une trahison va bouleverser le cours de leur vie. Alors que la photographe fait la douloureuse expérience du désenchantement, elle capture sans filtre les bouleversements de la société américaine devenant ainsi le miroir de son époque. Les visages qu’elle immortalise révèlent au monde l’ampleur de la Grande Dépression, et ses portraits emblématiques vont littéralement ouvrir les yeux d’une nation.

17 août 2022 : Un miracle, de Victoria Mas (Albin Michel)

Soeur Anne, religieuse chez les Filles de la Charité, reçoit d’une de ses condisciples une prophétie : la Vierge va lui apparaître en Bretagne. Envoyée en mission sur une île du Finistère Nord balayée par les vents, elle y apprend qu’un adolescent prétend avoir eu une vision. Une prophétie. Les visions d’un adolescent fragile. Et, au-delà de tout, jusqu’à la folie, le désir de croire en l’invisible.

17 août 2022 : Consolée, de Beata Umubyeyi Mairesse (Autrement)

1954. Au Rwanda sous tutelle belge, Consolée, fille d’un Blanc et d’une Rwandaise, est retirée à sa famille noire et placée dans une institution pour « enfants mulâtres ». Soixante-cinq ans plus tard, Ramata, quinquagénaire d’origine sénégalaise, effectue un stage d’art-thérapie dans un Ehpad du Sud-Ouest de la France. Elle y rencontre madame Astrida, une vieille femme métisse atteinte de la maladie d’Alzheimer qui perd l’usage du français et s’exprime dans une langue inconnue. En tentant de reconstituer le puzzle de la vie de cette femme, Ramata va se retrouver confrontée à son propre destin familial et aux difficultés d’être noire aujourd’hui dans l’Hexagone.

17 août 2022 : L’homme peuplé, de Franck Bouysse (Albin Michel)

Harry, écrivain à succès en panne d’inspiration, achète sur un coup de tête une ferme isolée, à l’écart d’un village inhospitalier. C’est l’hiver. La neige et le silence recouvrent tout. Ce pourrait être idéal pour se remettre au travail… Mais Harry se sent vite épié, insidieusement envahi. Serait-ce lié à son énigmatique voisin, Caleb, guérisseur et sourcier – et entre sourcier et sorcier, il n’y a qu’une infime différence…? Et quels secrets cache la belle Sofia qui tient l’épicerie du village, de quels forfaitures le maire s’est-il rendu coupable, quelle malédiction pèse donc sur la lignée de Caleb?

17 août 2022 : Le Code Rose, de Kate Quinn (Hauteville)

1940. Alors que l’Angleterre se prépare à combattre les nazis, trois femmes très différentes répondent à l’appel d’un mystérieux domaine, Bletchley Park, où les cerveaux les plus brillants de Grande-Bretagne sont formés à casser les codes de l’armée allemande. La pétulante et belle débutante, Osla ; l’impérieuse et autodidacte Mab, et enfin, la vieille fille du village, Beth. Mais la guerre, le deuil et une sombre trahison sépareront les trois amies désormais ennemies… jusqu’à ce qu’elles soient de nouveau réunies, quelques années plus tard, par une mystérieuse lettre codée. Un traître émerge des ombres de leur passé, forçant les trois jeunes femmes à renouer leur vieille alliance pour casser un dernier code. Mais chaque pétale qu’elles effeuillent du Code Rose les rapproche du danger et de leur véritable ennemi.

18 août 2022 : L’été où tout a fondu, de Tiffany McDaniel (Gallmeister)

État de l’Ohio, dans les années 80 : le procureur Autopsy Bliss invite le diable dans sa petite ville de Breathed. Ce n’est pas un démon rouge et cornu comme dans l’imagerie populaire qui répond à cette invitation, mais Sal, un jeune garçon noir aux étranges yeux verts. La famille Bliss, qui le pense échappé d’une ferme voisine, l’accueille chez elle. Le temps d’un été, Sal partage donc la vie de Fielding, de son grand frère Grand, parfaite incarnation de l’idéal américain, de sa mère, qui craint trop la pluie pour s’aventurer dehors, de l’irascible tante Fedelia et de la vieille chienne Granny. Mais sous ses airs de poète, le jeune homme semble semer l’agitation partout où il va. Canicule sans pareille, événements inquiétants et accidents suspects viennent attiser le climat de discrimination et de ferveur religieuse qui règne sur cet État du Midwest – jusqu’à ce que la suspicion, le fanatisme et la mort s’emparent peu à peu de la ville…

18 août 2022 : La douceur de l’eau, de Nathan Harris (Philippe Rey)

À Old Ox, en Géorgie, sonnent les dernières heures de la guerre de Sécession : l’émancipation des esclaves est proclamée. À quelques kilomètres de leur ancienne plantation, Prentiss et son frère Landry savourent amèrement leur liberté dans un monde qui ne leur offre aucun travail. Tandis qu’ils s’apprêtent à passer la nuit dans la forêt, ils sont découverts par le propriétaire du domaine, George Walker, hanté par la récente annonce de la mort de son fils Caleb. Quand George, perdu, accepte d’être guidé par les deux jeunes hommes vers sa maison, il voit en eux un moyen d’apaiser son chagrin et leur propose, contre rémunération, de l’aider, lui et sa femme Isabelle, à cultiver leurs terres. Alors que Prentiss et Landry économisent pour enfin espérer retrouver leur mère, vendue loin d’ici lorsqu’ils étaient encore enfants, des liens inattendus de confiance se tissent entre ces êtres tourmentés, jetés dans une société qui leur reste à tous inhospitalière, et trouvant refuge dans la douce quiétude d’une nature luxuriante. Jusqu’à ce que, un jour, Caleb frappe à la porte de ses parents.

18 août 2022 : Trois soeurs, de Laura Poggioli (Iconoclaste)

Quand la police de Moscou est arrivée, les trois sœurs étaient assises le long du mur à côté du cadavre de leur père. Il avait le poil noir, le ventre gras, une croix dorée autour du cou. Depuis des années, il s’en prenait à elles, les insultait, les frappait, la nuit, le jour. Alors elles l’ont tué. La Russie s’est déchirée à propos de ce crime, parce qu’il lui renvoie son image, celle d’une violence domestique impunie. À vingt ans, Laura Poggioli a vécu à Moscou. Elle aimait tout : la sonorité de la langue, boire et sortir, chanter du rock. Elle a rencontré Mitia, son grand amour. Parfois il lui donnait des coups, mais elle pensait que c’était sa faute.  » S’il te bat, c’est qu’il t’aime « , dit un proverbe russe.

18 août 2022 : Ceux qui restent, de Jean Michelin (Héloïse d’Ormesson)

Comme chaque matin, l’aube grise se lève sur l’immuable routine de la garnison. Mais cette fois, Lulu manque à l’appel. Lulu, le caporal-chef toujours fiable, toujours solide, Lulu et son sourire en coin que rien ne semblait jamais pouvoir effacer, a disparu. Aurélie, sa femme, a l’habitude des absences, du lit vide, du quotidien d’épouse de militaire. Elle fait face, mais sait que ce départ ne lui ressemble pas. Quatre hommes, quatre soldats, se lancent alors à sa recherche. Ils sont du même monde et trimballent les mêmes fantômes au bord des nuits sans sommeil. Si eux ne le retrouvent pas, personne ne le pourra. D’une actualité brûlante, cette intrigue intensément déroulée par la plume de Jean Michelin suit l’enquête de ces frères d’armes. Histoire poignante de camaraderie, de celle qui lie les êtres sous les vestes de treillis, ce roman sans concession se penche sur ce que la guerre fait à ceux qui partent, à ceux qui reviennent. A ceux qui restent.

18 août 2022 : La montagne et les pères, de Joe Wilkins (Gallmeister)

Le Big Dry, dans le Montana. Des hautes plaines âpres et presque vides frappées par la sécheresse, auxquelles des hommes durs à la tâche s’obstinent à arracher de quoi survivre. C’est dans ce monde qu’a grandi Joe Wilkins, élevé après la mort précoce de son père par une mère qui avait renoncé à ses rêves d’aventure pour suivre l’homme qu’elle aimait, et un grand-père qu’on pourrait croire tout droit sorti de la conquête de l’Ouest. À travers son histoire et celles de quelques autres, Wilkins raconte cet univers magnifique et violent, qui dès leur plus jeune âge marque les enfants, forge les hommes et interroge le mythe américain de la virilité dans l’Ouest sauvage.

18 août 2022 : Le Rocher blanc, de Anna Hope (Le bruit du monde)

Comment une petite dizaine d’individus du monde entier se sont-ils retrouvés à l’intérieur d’un minibus aux confins du Mexique, sur des routes brinquebalantes, et en compagnie d’un chaman ? S’ils semblent tous captivés par ce rocher blanc auquel la tribu locale des Wixarikas attribue l’origine du monde, l’une d’entre eux, écrivaine, tente de prendre soin de sa fille, tout en réfléchissant à la course du monde et à l’écriture de son prochain roman. Autour de ce rocher se sont déroulées d’autres histoires qui pourraient bien l’influencer…

18 août 2022 : De femmes et de sel, de Gabriela Garcia (Presses de la Cité)

De 1866 à nos jours, le destin de deux lignées de femmes, l’une cubaine, l’autre salvadorienne, et leur combat pour devenir maîtresses de leur vie. En 1866, à Cuba, María Isabel s’ouvre au monde grâce au lecteur de la manufacture de tabac qui l’emploie. Bouleversée par une lettre de Victor Hugo adressée aux femmes de son île, elle griffonne ses mots sur une page des Misérables : « Nous sommes la force. » Elle y puisera le courage d’affronter les épreuves qui l’attendent, sans imagi ner que cette phrase trouvera un écho chez l’une de ses descendantes. En 2015, Jeanette, toxicomane américaine à la dérive, se rend à Cuba en quête de réponses. Elle rencontre une famille qu’elle n’a jamais connue et met la main sur l’exemplaire des Misérables de son aïeule. Suffira-t-il à la sauver de ses démons ? Ana, une adolescente salvadorienne expulsée des Etats-Unis, est déterminée à regagner coûte que coûte le pays dans lequel elle a grandi…

18 août 2022 : La petite menteuse, de Pascale Robert-Diard (Iconoclaste)

« Je veux être défendue par une femme » , a dit Lisa en se présentant à Alice Keridreux. Un face-à-face commence. Ni l’une, ni l’autre ne savent jusqu’où il va les mener.

24 août 2022 : L’heure des oiseaux, de Maud Simonnot (Observatoire)

Île de Jersey, 1959. Pour survivre à la cruauté et à la tristesse de l’orphelinat, Lily puise tout son courage dans le chant des oiseaux, l’étrange amitié partagée avec un ermite du fond des bois et l’amour inconditionnel qui la lie au Petit. Soixante ans plus tard, une jeune femme se rend à Jersey afin d’enquêter sur le passé de son père. Les îliens éludent les questions que pose cette étrangère sur la sordide affaire qui a secoué le paradis marin. Derrière ce décor de rêve pour surfeurs et botanistes se dévoilent enfin les drames tenus si longtemps secrets.

24 août 2022 : Les Facétieuses, de Clémentine Beauvais (Sarbacane)

Paris, XXIe siècle. Autrice jeunesse en manque d’inspiration, Clémentine Beauvais s’interroge sur la disparition des marraines et de leur magie après la Révolution française et plus particulièrement sur l’identité de la bonne fée du prince Louis XVII.

24 août 2022 : Pour que chantent les montagnes, de Nguyễn Phan Quế Mai (Charleston)

Việt Nam, 1972. Depuis leur refuge dans les montagnes, la petite Hương et sa grandmère Diệu Lan regardent Hà Nội brûler sous le feu des bombardiers américains. Une semaine plus tard, Hương découvre les décombres qui ont remplacé sa maison : la guerre, l’ ombre qui a emmené ses parents et ses oncles dans les forêts du Sud, vient de faire une entrée brutale dans sa vie. Pourtant, malgré la destruction, le quotidien reprend son cours dans la capitale. Des colonnes de fumée s’ élèvent tous les soirs des abris de fortune, les éclats de rire des enfants résonnent et, peu à peu, les vétérans reviennent du front. Mais, derrière la joie des retrouvailles, Hương entrevoit déjà les sombres souvenirs qui pourraient déchirer sa famille comme les souffrances déchirent sa patrie depuis des décennies…

24 août 2022 : La ville des incendiaires, de Hala Alyan (Marabout)

A la fin des années soixante-dix, Mazna et Idris Nasr ont été contraints de quitter leur pays : la Syrie, pour elle ; le Liban, pour lui. Ensemble, ils se sont installés dans une petite ville en plein désert californien. Si Idris est parvenu à réaliser son rêve d’être médecin, Mazna, elle, a dû dire adieu à sa carrière d’actrice pour élever leurs trois enfants. Quarante ans plus tard, la famille vit éparpillée à travers le monde, tentant de maintenir des liens chaotiques et tourmentés. Un seul point les relie désormais : la demeure ancestrale de Beyrouth. Mais lorsque Idris décide de vendre cette maison où plus personne ne va, tous embarquent aussitôt pour défendre l’ultime bastion de leur histoire commune. A travers cette grande saga familiale, Hala Alyan retrace la destinée tragique de tout un pays, le Liban, marqué par la guerre, les tensions religieuses et les protestations politiques. Un pays prêt à s’embraser à tout instant, à l’instar de cette famille rongée par des secrets qui, révélés, pourraient faire exploser sa fragile existence.

25 août 2022 : Un profond sommeil, de Tiffany Quay Tyson (Sonatine)

Cachée au milieu de la forêt, la carrière fascine autant qu’elle inquiète. On murmure que des esprits malveillants se dissimulent dans ses eaux profondes. Par une chaude journée d’été, Roberta et Willet bravent toutes les superstitions pour aller s’y baigner avec leur petite soeur, Pansy. En quête de baies et à la faveur d’un orage, ils s’éloignent de la carrière. Quand ils reviennent, Pansy a disparu. Quelques années plus tard, Roberta et Willet, qui n’ont jamais renoncé à retrouver leur soeur, suivent un indice qui les mène dans le sud de la Floride. C’est là, dans les troubles profondeurs des Everglades, qu’ils espèrent trouver la réponse à toutes leurs questions.

Quelles sorties vous tentent le plus ?

12 réflexions sur “(Parutions Littéraires) Rentrée Littéraire • Août 2022

  1. Je suis assez d’accord avec Cora85. Ici c’est le blog de la tentation ! Même si je ne connais rien dans ce type de programmes TV, le tien aurait au moins l’avantage de nous divertir en nous offrant plein de belles découvertes et des émotions… Comme je ne peux en choisir qu’un, j’opterai si je le pouvais pour « Arpenter la nuit » et « Le code rose ». Merci beaucoup pour cette pré-rentrée et agréable dimanche à toi ☼

  2. Coucou ! Ouh là, ta liste d’envies est super looongue !! Tu penses en lire combien ? Ce qui me tente pour le moment, c’est Peine de faune chez Julliard, ainsi que le premier de ta liste, Arpenter la nuit chez Albin Michel. Je ne compte pas en lire beaucoup, comme chaque année, mais j’aimerais privilégier les éditions indé qui ont moins de moyens financiers pour être visibles 🙂 A tout bientôt, Lysiane

  3. Merci Fiona !
    Je n’avais pas vu « passer » la moitié des romans que tu évoques et ils ont l’air géniaux ; je les note immédiatement 🤗
    Bonne journée ⭐️

  4. Si je devais choisir, j’irais vers le Tiffany McDaniel, le Anna Hope, le Franck Bouysse et Victoria mas car ce sont des valeurs sûres 😉 Mais certains dont je n’ai pas encore entendu parler me tentent bien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.