Ana • Cathy Borie

Quand L’Echelle du Temps, une toute nouvelle maison d’édition, m’a contacté pour découvrir leurs parutions cette année, j’ai accepté avec grand plaisir. « Ana » est leur premier ouvrage publié et il est sorti aujourd’hui, dans le cadre de la rentrée littéraire d’hiver.

Résumé …

Un soir, Clotilde succombe au charme sombre de Louis. La nuit d’amour se transforme en une relation non consentie. Suspectée de l’avoir poussée sous une rame de métro, Clotilde est condamnée à 4 ans de prison. De cette seule nuit d’amour subie, naîtra en prison une petite fille. Ana, abandonnée sous X. Ana refusant avec colère l’adoption, allant de famille d’accueil en famille d’accueil, personnalité attirante et incompréhensible jusqu’au jour où à 16 ans elle s’enfuit de son foyer. C’est l’errance dans les rues de Paris, la découverte des violences de la nuit : le squat, la drogue, les risques de viol, l’alcoolisme, la prostitution. Un texte où les émotions l’emportent, où la question du consentement est posée. Un livre aussi sur le destin. Une vie peut changer en un instant.

Mon avis …

Ce texte correspond en tous points aux livres qui me plaisent habituellement, à savoir une thématique forte, une écriture percutante et une intrigue prenante. J’ai rapidement compris, en commençant ma lecture, que ce livre n’allait pas me laisser indifférente et qu’il était de ceux qui laissent forcément des traces une fois la dernière page tournée.

Tout commence avec Clotilde, une jeune étudiante assez sage qui croise la route d’un jeune homme beau, qui la drague ouvertement. Il lui plait, beaucoup, mais elle aimerait avancer doucement. Quelque chose chez lui la met mal à l’aise. Sa stature, peut-être. Son insistance, sans doute. Un soir, il l’emmène dans un hôtel, il la prend par surprise, et ce qui aurait dû être une nuit d’amour douce et consentie se transforme en violence, en drame, en viol. Ce soir-là, il lui prend son innocence, sa jeunesse, sa liberté, sa voix. J’ai lu de nombreux livres dans lesquels l’héroïne subit un viol et à chaque fois, cela me sidère. Surtout quand l’autrice le raconte avec une telle puissance, une telle justesse. Se remettre d’un tel évènement est difficile, voire impossible. Plus jamais on ne peut être la même après ça. Et c’est d’autant plus vrai dans le cas de Clotilde puisqu’elle va découvrir quelques temps plus tard qu’elle est enceinte.

« Maintenant, l’important était ailleurs, une partie dans sa mémoire et l’autre au creux de son corps, cachée, secrète, informe, minuscule. Impossible de ne pas les mettre en lien. Le dur avec le tendre. Le violent avec le fragile. Rejeter l’un impliquait forcément de se débarrasser de l’autre, comment discuter ça ? Comment voir les choses autrement ? Ce qui aurait pu être une joie, un éclat de vie, ne deviendrait qu’un épouvantable fardeau… Un ogre allait la dévorer de l’intérieur après que son créateur l’eût malmenée, blessée, humiliée. »

Clotilde va connaître la prison, puisqu’elle va taire ce viol qu’elle a subi. Suite à un accident, elle est accusée d’homicide. C’est dans sa cellule qu’elle va perdre les eaux et donner naissance à sa fille, Ana. Cette petite fille va naître sous X, car c’est là la seule solution pour Clotilde de continuer à vivre malgré ce viol. De tourner la page. Elle n’en veut pas, de cet enfant. Avec l’histoire de Clotilde, l’autrice évoque aussi la thématique de l’incarcération, et la descente aux enfers que chaque être humain peut connaître lorsqu’il se retrouve dans une situation qui le fait basculer. Les passages en prison m’ont particulièrement touchée par leur humanité et leur justesse.

« Il existait dans ce monde des femmes qui ne pouvaient rien faire d’autre que d’abandonner leur bébé. Comment pouvait-elle être choquée, elle qui s’apprêtait à faire exactement la même chose ? Bizarrement, ce fut justement le choc ressenti à cet instant qui lui donna conscience de ce qu’elle se préparait à faire. Quand le médecin lui expliqua la procédure. Quand elle lui détailla les étapes, une par une. Sur un ton bienveillant. Pendant tout ce temps, Clotilde imaginait une file de femmes arrivant à l’hôpital, elle voyait leurs visages, elle tentait de deviner leur âge, elle observait leurs vêtements, des jupes grises ou des jeans, des manteaux sombres et des vestes rouges en velours, des bottes fourrées ou des escarpins vernis, elle émettait des hypothèses sur leur occupation dans la vie, des étudiantes comme elle ou des serveuses, des caissières, des femmes de ménage, ou peut-être même des employées de banque ou des bibliothécaires ; il y en avait mille, c’était le nombre donné par le médecin, environ mille femmes par an choisissaient d’accoucher sous X, et sans doute avaient-elles toutes des raisons différentes, des raisons folles ou raisonnables. Et d’ailleurs quelle était sa raison à elle, Clotilde, pour refuser ce qui poussait dans son ventre ? »

Et puis, il y a Ana, la fille de Clotilde. Elle va occuper elle aussi une place centrale dans ce roman, comme le titre le laisse présager. Son parcours est très fort, puissant même, et l’autrice le raconte avec une justesse qui m’a touchée au coeur. Alors même que l’on pensait que l’histoire de Clotilde était vraiment le coeur de l’histoire et le plus bouleversant, on découvre que celle d’Ana l’est tout autant. C’est là aussi la force du livre, d’être impactant tout au long des pages qui défilent.

Les titres de chapitres sont des titres de romans. J’ai aimé le clin d’œil et l’originalité. J’ai trouvé que l’écriture de l’autrice était extrêmement efficace et que son roman avait un sens du rythme qui rendait la lecture très fluide. Etant donné les évènements racontés qui sont particulièrement graves, on vit aussi cette histoire avec une forme de suspense. Ce roman m’a rappelé ceux de Mathieu Menegaux par sa force et sa thématique. Il m’a émue aux larmes, et m’a tenue en haleine jusqu’à la fin. Il traite de chacun de ses sujets avec une beauté rare, bien qu’ils aient déjà été traités par tant d’auteurs avant lui. C’est un magnifique roman que je suis tellement heureuse d’avoir découvert et que je vous conseille absolument.

Pour résumer …

Tellement d’émotion, de beauté, de justesse et de puissance dans ce roman qui nous tient en haleine et nous bouleverse par le parcours de ses deux personnages et par sa construction magnifique. Une très, très belle découverte.

Ma note : ★★★★★★
(18/20)

Cet article est sponsorisé.

5 réflexions sur “Ana • Cathy Borie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.