Ma wishlist au format poche – Début 2021

En ce début d’année 2021, certaines sorties poche ont attiré mon attention et risquent fort de rapidement rejoindre mes bibliothèques. En voici la liste.

07 janvier 2021 : Rivage de la colère, de Caroline Laurent (Pocket)

Au coeur de l’océan Indien, ce roman de l’exil met à jour un drame historique méconnu. Et nous offre aussi la peinture d’un amour impossible. Août 1967. Après 157 ans de présence coloniale britannique, l’île Maurice accède à l’indépendance. Pour Marie Ladouceur, qui vit sur l’île de Diego Garcia aux Chagos, un archipel rattaché à Maurice, c’est un non-événement. La seule chose qui lui importe alors est d’aimer, et surtout de se faire aimer d’un jeune homme à la silhouette d’oiseau, Gabriel Neymorin. Marie a vingt-deux ans, deux fossettes dans les joues, une peau noire aux reflets d’or. Depuis toujours elle va pieds nus, sans chaussures ni brides pour l’entraver, libre. Elle sait que Gabriel, venu spécialement de Maurice pour seconder l’administrateur de l’île, est tout ce qu’elle n’est pas : un bourgeois, un intellectuel, un « bon créole » . Et alors ? Les mois passent et la vie, imperceptiblement, bascule. Gabriel l’évite. Le bateau de ravitaillement ne fait plus escale aux Chagos. Des gens disparaissent sans donner de nouvelles. Jusqu’à la catastrophe finale.

21 janvier 2021 : La cité de feu, de Kate Mosse (Pocket)

France, 1562. De Toulouse à Carcassonne, l’intolérance est la plaie du temps. Hors les murs, les troupes du cruel duc de Guise aiment à faire couler le sang protestant, au grand dam du prince de Condé… C’est dans cette atmosphère de massacre que Marguerite Joubert, catholique, fille d’un libraire livré à l’Inquisition, fait la connaissance d’un fugitif huguenot – que l’on dit mêlé à la disparition d’une mystérieuse relique… Réunis par le destin, traqués l’un et l’autre pour un secret qui les dépasse, leur chemin sera semé d’embûches et de complots, jusqu’à l’ardente Cité de feu…

07 avril 2021 : Il est juste que les forts soient frappés, de Thibault Bérard (J’ai Lu)

Lorsque Sarah rencontre Théo, l’amour les court-circuite. Elle, l’écorchée vive, la punkette, se laisse convertir au bonheur par ce garçon aux airs de lutin, fou de Capra et de Fellini. Dans le tourbillon joyeux de leur jeunesse, de leurs amis et de leurs passions, naît Simon, puis Camille. Mais très vite, comme si leur allégresse avait provoqué la colère de l’univers, les médecins détectent à Sarah un cancer qui progresse à une vitesse alarmante. On leur annonce un combat sans trêve. Refusant de céder au désespoir, le couple choisit de s’y lancer à corps perdu, comme dans une extraordinaire croisade dont leur courage et leur amour seraient les complices.

18 mars 2021 : Mamma Maria, de Serena Giuliano (Pocket)

Sous le coup d’une déception amoureuse, Sofia a quitté Paris pour son petit village natal de la côte amalfitaine. Là, la jeune traductrice respire enfin. Attablée à sa place habituelle, sur la terrasse du Mamma Maria, le bonheur est simple comme un espresso au soleil ou une chanson d’Adriano Celentano… Ce caffè, c’est le coeur du village, le rendez-vous des jeunes, des vieux, dans le généreux giron de la patronne, Maria, leur mère à tous. Or ce matin-là, pour la première fois depuis des lustres, il s’est glissé comme une fausse note dans la partition. Le vieux Franco ne s’est pas présenté pour son éternelle partie de scopa… La fin de la dolce vita ?

08 avril 2021 : Les dernières heures, de Minette Walters (Pocket)

Mois de juin de l’an 1348 : une terrible épidémie s’abat sur le Dorset et décime peu à peu les habitants. Nobles et serfs meurent par milliers. Quand la Mort Noire frappe Develish, Lady Anne a l’audace de nommer un esclave comme régisseur. Ensemble, ils décident de mettre le domaine en quarantaine pour le protéger. Tous les serfs viennent s’établir sur les terres situées à l’intérieur des douves. Bientôt, les stocks de vivres s’amenuisent et des tensions montent car l’isolement s’éternise. Les villageois craignent pour leur sécurité lorsqu’un événement terrible menace cet équilibre fragile. Les gens de Develish sont en vie, mais pour combien de temps encore ? Et que découvriront-ils quand le temps sera venu pour eux de passer les douves ?

05 mai 2021 : Frangines, de Adèle Bréau (Livre de Poche)

Mathilde, Violette et Louise sont soeurs. Depuis l’enfance, elles vivent leurs plus belles heures à La Garrigue, une bâtisse que leurs parents ont achetée autrefois à Saint-Rémy-de-Provence. Tout les oppose et pourtant rien ne peut séparer Mathilde, éblouissante et dominatrice, Violette, qui a grandi dans l’ombre de son aînée, et Louise, la benjamine, née bien plus tard. Cet été, les frangines se réunissent dans la demeure familiale pour la première fois depuis le drame de l’année précédente. Entre petites exaspérations et révélations inattendues, ces retrouvaillesvont bouleverser à jamais leur vie. Car les murs de La Garrigue, gardiens des secrets de trois générations, ne les protégeront peut-être plus. Avec délicatesse et humour, Adèle Bréau nous plonge dans une histoire de famille qui pourrait être la nôtre et nous fait passer du rire aux larmes. Une saga émouvante et renversante de vérité.

06 mai 2021 : Le pays des autres, de Leïla Slimani (Folio)

En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s’éprend d’Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l’armée française. Après la Libération, le couple s’installe au Maroc à Meknès, ville de garnison et de colons. Tandis qu’Amine tente de mettre en valeur un domaine constitué de terres rocailleuses et ingrates, Mathilde se sent vite étouffée par le climat rigoriste du Maroc. Seule et isolée à la ferme avec ses deux enfants, elle souffre de la méfiance qu’elle inspire en tant qu’étrangère et du manque d’argent. Le travail acharné du couple portera-t-il ses fruits ? Les dix années que couvre le roman sont aussi celles d’une montée inéluctable des tensions et des violences qui aboutiront en 1956 à l’indépendance de l’ancien protectorat. Tous les personnages de ce roman vivent dans « le pays des autres » : les colons comme les indigènes, les soldats comme les paysans ou les exilés. Les femmes, surtout, vivent dans le pays des hommes et doivent sans cesse lutter pour leur émancipation.

Certains de ces romans vous tentent-ils ?

13 réflexions sur “Ma wishlist au format poche – Début 2021

  1. Bonjour
    j’ai beaucoup aimé « le pays des autres » qui nous offre un autre regard sur le Maroc et sur la guerre d’indépendance. C’était le premier livre de Leila Slimani que je lisais et j’ai beaucoup aimé

  2. Fonce pour Rivage de la colère, connaissant tes goûts il devrait te bouleverser.
    Et j’ai aussi Le pays des autres dans ma PAL en grand format, j’ai très envie de retrouver Leïla Slimani que j’avais découverte (comme beaucoup) avec Chanson douce !

  3. Très tentée par La cité de feu, Frangines et Mamma Maria !!! J’ai très envie de lire la saga de Caroline Laurent aussi

  4. De nombreux titres me tentent ! Je veux découvrir « Rivage de la colère » depuis longtemps, mais je note également « Il est juste que les forts soient frappés » et « Mamma Maria »…

  5. Coucou ! J’avais adoré Frangines ! La cité de feu et Rivages de la Colères sont des ouvrages qui me tentent vraiment beaucoup ! J’adore ce genre d’article ! Belle journée, Eline – @meslivresdepoche

  6. Merci pour toutes ces idées de lecture géniales !
    Je viens d’acheter Rivage de la colère qui se passe tout près de là où j’ai grandi !
    Hâte de lire ce roman !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.