Le sourire contagieux des croissants au beurre • Camille Andrea

Camille Andrea est une personnalité de la littérature française qui écrit sous pseudonyme, et quand les éditions Plan m’ont proposé de découvrir son roman, en librairie depuis le 22 avril, je n’ai pu qu’être terriblement intriguée !

Résumé …

Le bonheur c’est comme la pâtisserie, rien ne sert d’avoir les ingrédients si on n’a pas la recette… A quarante-quatre ans, le Chef français Pierre Boulanger a tout pour être heureux. Il possède le plus grand empire de pâtisseries surgelées des Etats-Unis, il est l’ami des stars, les plus belles femmes du monde croquent à pleines dents dans ses fameux croissants, et il a épousé une brillante avocate reconnue par le gratin new-yorkais qui lui a donné un adorable petit garçon. Jusqu’au jour où un vendeur ambulant lui propose un gobelet de café à un million de dollars. Un million de dollars, pas pour un simple café, bien sûr. Un million de dollars pour le meilleur café du monde, le café qui va changer sa vie… Cette rencontre magique avec un vieux vendeur de hot-dogs ambulant ébranlera à jamais les certitudes de Pierre Boulanger quant au pouvoir, à l’amour, et à la vie.

Mon avis …

Pierre est un PDG comme il en existe quelques uns. C’est bien simple, tout lui réussit et sa carrière en fait rêver plus d’un. Du haut de son bureau à New York, avec vue sur Central Park, il pense avoir atteint tous ses rêves. Jusqu’à sa rencontre avec un vendeur de hot dog, dans la rue devant son bureau, qui lui propose un café à un million de dollars. Intrigué par cette curieuse proposition et par cette somme d’argent démesurée, Pierre va entamer une discussion avec cet homme, sans se douter qu’elle va changer sa vie.

Ce vieil homme est rempli de surprises, et pousse Pierre à s’interroger sur son existence en pointant du doigt tous les aspects de sa vie qui sont complètement incompatibles avec le bonheur et l’épanouissement personnel, à commencer par son travail et sa vision de l’argent. Il va petit à petit déconstruire tout ce que Pierre pensait acquis avec certitude, à savoir que l’argent fait nécessairement le bonheur. Par le biais de leurs échanges, ce dernier va porter un regard neuf sur sa vie et ouvrir les yeux sur tout ce qu’il a loupé et tout ce qu’il ne voit plus depuis des années. Il réalise qu’il ne prend plus conscience de la beauté de l’existence, des petits bonheurs simples, de ce qui est précieux et de ce qui ne l’est pas.

Du jour au lendemain, Pierre va remettre toute sa vie en question et adopter de nouvelles habitudes qui vont forcément beaucoup questionner ses proches. Ses collègues n’en reviennent d’ailleurs pas quand ils le voient tous les midis aller manger sur un trottoir avec un vieux monsieur vendeur de hot dog. Le personnage principal est un peu particulier à suivre et j’ai eu du mal à vraiment m’attacher à lui ou à me sentir proche de lui. Malgré tout, je me suis souvent surprise à m’interroger au fil de ma lecture sur de nombreuses réflexions du livre, qui résonnent parfois avec notre propre vie.

Est-on aussi heureux qu’on le croit ? A l’intérieur de soi, est-on resté fidèle à ses rêves d’enfants ? Ce livre provoque de nombreux questionnements chez son lecteur, à l’image d’un livre de développement personnel et j’ai aimé cette remise en question qui en découle forcément. Nous évoluons dans une société du paraître, de la réussite, de l’argent. Nous affichons notre bonheur sur les réseaux sociaux, mais aussi au quotidien avec de belles maisons ou de belles voitures. Mais les personnes les plus heureuses ne sont-elles pas celles qui ont le moins, qui ont conscience de l’essentiel ? Même si le roman manque un peu parfois de réalisme, notamment concernant sa dernière partie qui est courte, prévisible et à mon sens excessive, le message me semble réellement universel et je crois que nous avons tous des leçons à tirer de cette histoire.

Pour résumer …

Il suffit parfois d’un rien, d’une rencontre, d’un grain de poussière pour changer notre destin. Ce roman plein de philosophie donne envie de voir la vie différemment et de réapprendre à aimer les petits bonheurs simples de l’existence.

Ma note : ★★★★☆☆
(14/20)

Cette chronique est sponsorisée.

8 réflexions sur “Le sourire contagieux des croissants au beurre • Camille Andrea

  1. La couverture est intrigante après avoir lu ton avis. Je me demande quel est le rapport avec un croissant et un repas près d’un stand de hot dog. il donne envie de découvrir ce qui se cache derrière tout ça.

  2. La couverture m’a donné envie. J’ai donc cliqué dessus pour en découvrir l’article.
    Je n’ai jamais lu cet auteur, mais pour le coup ta chronique me donne vraiment envie de le découvrir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.