Femmes en colère • Mathieu Menegaux

Cela fait des années maintenant que j’ai découvert Mathieu Menegaux avec son premier roman, Je me suis tue, quand il est paru. Depuis, je n’ai cessé de le lire, chaque année, et de défendre ses titres. Je n’ai cessé aussi de le voir être copié par d’autres dans ses thématiques et ses angles d’approche. C’est un auteur que j’adore lire, qui à chaque fois propose des textes percutants, et je ne pouvais évidemment pas passer à côté de ce nouveau livre, paru le 03 mars. Merci à Grasset pour l’envoi et à Mathieu Menegaux pour sa dédicace.

Résumé …

Cour d’Assises de Rennes, juin 2020, fin des débats (auxquels le lecteur n’a pas assisté) : le président invite les jurés à se retirer pour rejoindre la salle des délibérations. Ils tiennent entre leurs mains le sort d’une femme, Mathilde Collignon. Qu’a-t-elle fait ? Doit-on se fier à ce que nous apprennent les délibérations à huit-clos, ou à ce que révèle le journal que rédige la prévenue qui attend le prononcé du jugement ? Accusée de s’être vengée de manière barbare de deux hommes ayant abusé d’elle dans des circonstances très particulières, Mathilde Collignon ne clame pas son innocence, mais réclame justice. Son acte a été commenté dans le monde entier et son procès est au coeur de toutes les polémiques et de toutes les passions. Trois magistrats et six jurés populaires sont appelés à trancher. Doivent-ils faire preuve de clémence ou de sévérité ? Vont-ils privilégier la punition, au nom des principes, ou le pardon, au nom de l’humanité ? Avoir été victime justifie-t-il de devenir bourreau ? Nous plongeons en apnée dans cette salle des délibérations d’un jury de cour d’assises.

Mon avis ..

Avec ce nouveau roman, Mathieu Menegaux continue à creuser au sein du système judiciaire français, cette fois-ci en nous faisant pénétrer au coeur d’une Cour d’Assises. Nous en avons tous entendu parler, cependant combien d’entre nous ont déjà été jurés ? Combien d’entre nous ont déjà mis les pieds dans un tel endroit ? J’y suis, pour ma part, allée à de nombreuses reprises dans le cadre de mes études de droit, et c’est tout aussi fascinant qu’effrayant d’assister à un procès en Assises. Les affaires qui y sont jugées font, la plupart du temps, l’objet d’une grande couverture médiatique, et chacun a son avis sur la culpabilité de l’accusé(e), sans même réellement connaître les faits.

Mathieu Menegaux explique le fonctionnement d’un procès et quel est, dans les faits, le rôle des jurés. C’est, une nouvelle fois, une vraie réflexion sur notre justice qui est au coeur de son roman, et cela m’a évidemment beaucoup intéressée. Nous sommes dans les coulisses d’une décision de justice, alors même que la vie d’une femme est entre les mains de quelques jurés, choisis parmi la population française. Nous ne savons pas grand chose de son crime, rien de ce dont elle est accusée, mais seulement  l’acharnement médiatique présent autour de cette affaire. Nous devinons qu’elle s’est faite justice elle-même, après une agression, et elle doit aujourd’hui répondre de ses actes et clamer son innocence, en espérant échapper à une peine longue derrière les barreaux. Mathide est une femme dont la vie est tout à fait banale, mais parce qu’elle a croisé des hommes qui lui ont fait du mal, elle va se transformer en femme-monstre, sans coeur, simplement portée par son désir de vengeance et de haine. Sa vie va alors évidemment basculer, jusqu’au jour de ce procès que nous suivons quand le livre débute.

En lisant le résumé, j’ai crains quelques instants que ce roman reprenne trop de thématiques de ses précédents romans mais il faut croire que le sujet est inépuisable et que Mathieu Menegaux a une grande capacité à me captiver quand il écrit sur la justice, sur la manière dont elle est rendue et sur tout ce qui la rend si complexe. Je trouve ses romans d’une grande pertinence, et celui-ci se place sans problème parmi mes favoris de l’auteur. La question qu’il pose est de savoir si la justice peut véritablement être rendue sans être impactée par les mouvements sociétaux qui l’entourent, par les réseaux sociaux et les médias. Mais il questionne aussi la réalité que connaissent beaucoup de femmes, à savoir cette difficulté à être entendue quand on est victime.

J’ai lu ce roman quasiment d’une traite, en étant happée par l’histoire. Intriguée d’abord par le crime reproché à Mathilde, souhaitant connaître le vérité sur ce qu’elle avait vécu et commis. Et puis, il y a le suspense qui, jusqu’à la fin, nous tient en haleine. Nous assistons au déroulé de ce procès, sans savoir comment il se terminera. En alternance dans l’esprit du Président de la Cour d’Assises qui, avec ce procès, déterminera forcément la suite de sa carrière, et dans l’esprit de Mathilde qui nous livre sa vérité à elle. Entre les deux personnages, l’une accusée et l’autre représentant du droit, il y a les jurés. Des hommes et des femmes qui vont s’exprimer avec leur âme et leur conviction personnelle et qui vont, par leur décision, donner une direction conséquente à ce que sera la justice dans les années à venir. Car, on le sait, la jurisprudence compte, énormément, pour déterminer l’évolution du droit. La construction du récit était passionnante et le sujet tout autant : en résumé je n’ai absolument pas été déçue par ce nouveau roman de Mathieu Menegaux, bien au contraire.

Ce roman est plus que jamais ancré dans l’actualité, et il résonne fortement avec tous les mouvements de dénonciation des violences faites aux femmes. La parole se libère, et cela ne peut pas être évincé des salles d’audience. On peut croire en la justice profondément, on peut avoir des principes, mais cette justice-là est forcément mise à mal quand l’on sait que les violences sexuelles sont loin d’être accompagnées comme elles le devraient, que ce soit au niveau psychologique et judiciaire. Quand on sait que les femmes sont rarement écoutées, très souvent silencieuses, et que les coupables sont très peu sanctionnés, par manque de preuve, par prescription, ou par silence de la victime. Je crois que le sujet mérite, encore et toujours, d’être posé, et Mathieu Menegaux l’a fait avec brio, comme toujours.

Pour résumer …

En nous faisant pénétrer au coeur d’un procès de Cour d’Assises, Mathieu Menegaux questionne le rôle de la justice en s’imprégnant fortement des mouvements actuels de libération de la parole concernant les violences faites aux femmes. Un roman incroyable qui m’a captivée et vraiment marquée.

Ma note : ★★★★★★
(18/20)

6 réflexions sur “Femmes en colère • Mathieu Menegaux

  1. La manière dont le sujet de la justice est abordé m’intrigue forcément beaucoup (en tant qu’avocate) mais également la libération de la parole des femmes. Deux très bons points qui me donnent envie de découvrir ce livre et son auteur que je ne connais pas encore. Hop, rajouté à ma liste !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.