Parutions Littéraires • Rentrée Littéraire de Janvier 2021

La rentrée littéraire de janvier est sans doute celle que j’aime le plus en général, et chaque année, c’est avec grand plaisir que je sélectionne les titres qui m’intéressent le plus. Voici ceux de ce début d’année 2021 que je compte découvrir.

06 janvier 2021 : La première fois que je t’ai rencontré, c’était en rêve, de Colleen Oakley (Hauteville)

La vie de Mia Graydon semble parfaite, tout droit sortie d’un rêve : elle a la maison idéale, un mari parfait et songe à fonder une famille. Mais, la nuit venue, elle fait un tout autre rêve qu’elle ne comprend pas et où apparaît toujours le même homme. Elle n’en fait pas grand cas jusqu’à son déménagement dans une petite ville de Pennsylvanie, où elle tombe nez à nez avec cet inconnu qui la hante depuis des années. Et cet homme lui révèle un secret stupéfiant : lui aussi a beaucoup rêvé d’elle. Résolue à percer ce mystère, Mia part en quête de réponses avec cet inconnu qui n’en est pas vraiment un. Mais alors que leurs incursions dans le passé commencent à affecter sa vie dans le présent, Mia ne se pose plus qu’une seule question : et si… ?

06 janvier 2021 : La maison des Hollandais, de Ann Patchett (Actes Sud)

Danny Conroy grandit dans une somptueuse demeure en banlieue de Philadelphie. Malgré un père distant et une mère partie sans laisser d’adresse, il peut compter sur l’affection de sa soeur adorée, Maeve, l’intelligence et la drôlerie incarnées. Unis par un amour indéfectible, ils vivent sous l’oeil attentif des « Hollandais », les premiers propriétaires de la maison, figés dans les cadres de leurs portraits à l’huile.
Jusqu’au jour où leur père leur présente Andrea, une femme plus intéressée par le faste de la bâtisse que par l’homme qui la possède. Ils ne le savent pas encore, mais pour Maeve et Danny c’est le début de la fin. Et une fois adultes, ils n’auront de cesse de revenir devant la Maison des Hollandais se heurter aux vitres d’un passé douloureux. A travers le destin de ces deux quasi-orphelins, Ann Patchett tisse un roman subtil et pénétrant sur les liens filiaux et les lieux de l’enfance — qui tous nous hantent.

06 janvier 2021 : Le train des enfants, de Viola Ardone (Albin Michel)

Naples, 1946. Amerigo quitte son quartier pour monter dans un train. Avec des milliers d’autres enfants du Sud, il traversera toute la péninsule et passera quelques mois dans une famille du Nord : une initiative du parti communiste vouée à arracher les plus jeunes à la misère après le dernier conflit mondial. Loin de ses repères, de sa mère Antonietta et des ruelles de Naples, Amerigo découvre une autre vie. Déchiré entre l’amour maternel et sa famille d’adoption, quel chemin choisira-t-il ?

06 janvier 2021 : Le Mal-épris, de Bénédicte Soymier (Calmann-Lévy)

Paul est amer. Son travail est ennuyeux, il vit seul et envie la beauté des autres. Nourrie de ses blessures, sa rancune gonfle, se mue en rage. Contre le sort, contre l’amour, contre les femmes. Par dépit, il jette son dévolu sur l’une de ses collègues. Angélique est vulnérable. Elle élève seule son petit garçon, tire le diable par la queue et traîne le souvenir d’une adolescence douloureuse. Paul s’engouffre bientôt dans ses failles. Jusqu’au jour où tout bascule. Il explose. Une radiographie percutante de la violence, à travers l’histoire d’un homme pris dans sa spirale et d’une femme qui tente d’y échapper.

06 janvier 2021 : Les danseurs de l’aube, de Marie Charrel (Observatoire)

EUROPE CENTRALE – ANNEES TRENTE. Après avoir fui la révolution russe, les jumeaux Sylvin et Maria Rubinstein se découvrent un talent fulgurant pour le flamenco. Très vite, Varsovie, Berlin et même New York sont à leurs pieds. Lorsque le Continent sombre dans la guerre, les danseurs sont séparés, et Maria disparaît. Pour venger sa soeur tant aimée, Sylvin ira jusqu’à se glisser dans la peau d’une femme. Et c’est ainsi travesti qu’il s’engage dans la Résistance pour lutter contre les nazis. HAMBOURG – 2017. Lukas, jeune homme à l’identité trouble, rencontre la sulfureuse Iva sur la scène où Sylvin dansait autrefois. Fuyant leur passé, ils partent à leur tour en road-trip dans l’Europe interlope. Au fil des cabarets, leur flamenco incandescent et métissé enflamme les passions. Mais il suscite, aussi, la violence et l’intolérance. Jusqu’à ce que Lukas commette l’irréparable pour protéger Iva… A près d’un siècle de distance, Marie Charrel retrace le destin d’artistes épris de liberté, rattrapés par la folie du monde. Mais prêts à se battre jusqu’au bout pour défendre qui ils sont.

12 janvier 2021 : Pachinko, de Min Jin Lee (Charleston)

Début des années 1920, dans un petit village coréen, la jeune Sunja se laisse séduire par un riche étranger. Lorsqu’elle tombe enceinte et apprend que son amant est déjà marié au Japon, elle refuse la solution qu’il lui propose : devenir son épouse coréenne. Ce refus est le point de départ d’un exil qui s’étendra sur quatre générations. Pour éviter la ruine et le déshonneur à sa famille, Sunja épouse Isak, un pasteur chrétien qu’elle connaît à peine et qui lui propose une nouvelle vie au Japon. S’étendant sur huit décennies et quatre générations, découvrez le récit épique d’une famille rejetée par deux pays, aux prises avec l’histoire et secouée par des questions d’identité, d’amour, de mort et de survie.

14 janvier 2021 : Un nom sur la liste, de Monica Hesse (Nathan)

Allemagne, 1945. Juive polonaise, Zofia, 18 ans, a réchappé des camps où toute sa famille a été exterminée, sauf son frère Abek mais ils ont été séparés. Elle mène une enquête à travers l’Allemagne et la Pologne pour tenter de le retrouver. Elle arrive dans un camp de réfugiés qui accueille de jeunes rescapés comme elle.

14 janvier 2021 : La lumière dans les combles, de Sharon Cameron (Gallimard Jeunesse)

Stefania et sa soeur ont un terrible secret : treize juifs se cachent dans leur grenier. Mais bientôt, l’étau nazi se resserre… Comment continuer à avancer…

14 janvier 2021 : Des diables et des saints, de Jean-Baptiste Andrea (Iconoclaste)

Joseph est un vieil homme qui joue divinement du Beethoven sur les pianos publics. On le croise un jour dans une gare, un autre dans un aéroport. Il gâche son talent de concertiste au milieu des voyageurs indifférents. Il attend. Mais qui, et pourquoi ? Alors qu’il a seize ans, l’adolescent est envoyé dans un pensionnat religieux des Pyrénées, Les Confins. Tout est dans le nom. Après Les Confins, il n’y a plus rien. Ici, on recueille les abandonnés, les demeurés. Les journées sont faites de routine, de corvées, de maltraitances. Jusqu’à la rencontre avec Rose.

14 janvier 2021 : Ta main sur ma bouche, de Mika Tard et Deborah Saiag (NiL)

– ; Elle a mis un #MeToo. Une espèce d’onde de choc envahit mon sternum. Tout mon corps se raidit. Comme une agression. – ; Putain, mais qu’est-ce qu’elle ressort cette histoire d’il y a dix mille ans ? C’est pas possible ! – ; C’était pas il y a dix mille ans, c’était il y a six ans, Edouard. – ; Et elle dit quoi ? – ; Elle raconte tout.  » Edouard et Alison, dite Ali, sont en couple depuis deux ans quand l’ex d’Edouard publie un #MeToo dans lequel elle accuse un de leurs amis de l’avoir violée. Au cours des quelques heures qui suivent, le destin d’Edouard et d’Ali bascule à tout jamais… Alternant les voix d’Edouard et d’Ali, Déborah Saïag et Mika Tard signent un thriller psychologique haletant qui questionne la complexité de l’ère #MeToo et les répercussions d’une accusation de viol au sein d’un groupe d’amis. D’une écriture vive et contemporaine, Ta main sur ma bouche explore la zone grise et nous force à nous interroger : qu’aurions-nous fait à leur place ?

15 janvier 2021 : Blanc Autour, de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert (Dargaud) – BD

1832, Canterbury. Dans cette petite ville du Connecticut, l’institutrice Prudence Crandall s’occupe d’une école pour filles. Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah. La population blanche locale voit immédiatement cette « exception » comme une menace. Même si l’esclavage n’est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l’Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner : un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui savait lire et écrire a pris la tête d’une révolte sanglante. Pour les habitants de Canterbury, instruction rime désormais avec insurrection. Ils menacent de retirer leurs filles de l’école si la jeune Sarah reste admise. Prudence Crandall les prend au mot et l’école devient la première école pour jeunes filles noires des États-Unis, trente ans avant l’abolition de l’esclavage.

15 janvier 2021 : Ne m’oublie pas, de Alix Garin (Le Lombard) – BD

La grand-mère de Clémence souffre de la maladie d’Alzheimer. Face à son désespoir, elle prend la décision de l’enlever de la maison de retraite et de prendre la route en quête de l’hypothétique maison d’enfance de sa mamie. Une fuite, une quête, un égarement, l’occasion de se retrouver ? A moins que ce ne soit plutôt des adieux…

19 janvier 2021 : Le doux parfum de la vérité, de Lucy Diamond (Charleston)

Il n’y a pas plus opposées qu’elles. Polly, citadine jusqu’au bout des ongles, femme d’affaire ambitieuse à qui tout réussit. Sa soeur Clare, divorcée, deux enfants à charge, reine du système D qui n’a jamais quitté son village. Mais le destin a décidé de les rassembler… Quand elle perd son emploi, Polly se voit contrainte, à son grand désespoir, de s’installer à la campagne, chez Clare. Elles qui n’ont pas vécu ensemble depuis des lustres et qui se parlent à peine, les voilà obligées de cohabiter ! Si les débuts sont bien difficiles, un projet va les fédérer : la fabrication de produits bio pour le bain, une idée de Clare qui amuse beaucoup Polly. Et si les soeurs avaient plus en commun qu’elles ne le pensaient ?

Quelles parutions vous tentent le plus ?

8 réflexions sur “Parutions Littéraires • Rentrée Littéraire de Janvier 2021

  1. La Maison des Hollandais me tente beaucoup, je l’ai dans ma liseuse depuis des mois (en anglais) et il faudrait que je l’en sorte. J’aimerai beaucoup lire Le train des enfants, qui est aussi dans ma wish-list.

    Le Monica Hesse est vraiment très, très bien. Il est plein d’émotions et j’ai beaucoup aimé Zofia et son courage. Je suis en train de lire La lumière dans les combles. Une lecture pas facile, pleine d’émotions également.

  2. Bonjour, quel plaisir de lire votre blog ! Merci pour ces propositions que je voudrais dévorer de suite mais par manque de temps , je sélectionner un pour commencer…
    Ca sera  » Le train des enfants » car j’ai visité Naples cet été et j’aimerais me replonger dans l’ambiance de l’Italie du Sud.

    Merci encore pour vos publications.
    A bientôt !

  3. J’ai lu Pachinko et Le Doux Parfum de la Vérité en tant que lectrice Charleston et je ne peux donc que confirmer le fait que ce sont de magnifiques lectures ! Le train des enfants me tente beaucoup autrement 😉

  4. J’attends de recevoir avec impatience « La lumière dans les combles » et grâce à la présente chronique « Un nom sur la liste »… Mille mercis pour cette jolie découverte ♥ Belle journée à toi ☼

Répondre à Lydie Litt Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.