Quelqu’un à qui parler • Cyril Massarotto et Grégory Panaccione

De plus en plus de romans sont aujourd’hui adaptés en bande dessinée et je trouve cela merveilleux. Je n’ai pas lu le roman « Quelqu’un à qui parler », mais quand j’ai reçu la BD, j’ai eu envie de la découvrir. Merci aux Editions Le Lombard pour cette belle lecture.

Résumé …

Samuel broie du noir. Et il y a de quoi ! Il est célibataire, vit dans un petit appartement sous un toit de Paris et se morfond dans un travail qui ne le passionne pas… Seul chez lui le soir de son anniversaire, Samuel s’amuse à appeler le seul numéro qu’il connait par cœur, celui de sa maison d’enfance. À sa grande surprise, quelqu’un décroche : lui-même. Le petit Samuel, 10 ans, qui rêve d’être footballeur, de voyager et d’écrire des romans pour impressionner les filles… Comment garder la tête haute quand on doit avouer à l’enfant qu’on était qu’on n’a réalisé aucun de ses rêves ? Il est temps pour Samuel de reprendre sa vie en main…

Mon avis …

Au départ, je n’étais pas particulièrement attirée par les dessins, et ce fut tout au long de ma lecture un aspect qui m’a un peu dérangée, mais j’avais entendu tellement de belles choses sur cette histoire, que ce soit au sujet du roman ou de la BD, que j’ai eu envie de quand même la lire. Et j’ai bien fait ! Car si, en effet, les dessins ne correspondent pas vraiment à ma sensibilité, j’ai vraiment été touchée par cette lecture.

Nous découvrons le personnage de Samuel, la trentaine, qui peine à trouver le bonheur. Son travail l’ennuie, il vit seul, n’a pas beaucoup d’amis, et ne trouve plus vraiment d’épanouissement dans son quotidien. C’est en composant le numéro de téléphone de sa maison d’enfance que tout va changer pour lui, puisqu’il va se retrouver en ligne avec l’enfant qu’il était des décennies plus tôt. Evidemment, cela n’a rien de rationnel mais je me suis quand même laissée porter par cette improbable rencontre à travers une ligne téléphonique.

L’idée est originale et curieuse, et l’intérêt du lecteur est donc vraiment happé. A travers les yeux de son lui plus jeune, Samuel va se confronter à ce qu’est sa vie aujourd’hui. Certains passages sont plein d’humour mais aussi d’une grande tendresse, car ces échanges vont dans les deux sens : le petit Samuel donne du courage au plus grand pour retrouver le goût de la vie et ses passions d’enfant, et le Samuel adulte essaie de guider le plus jeune dans son enfance et son adolescence, tout en tentant de le protéger des drames qui ont ponctué son existence.

Cette BD est une très belle histoire pleine d’humanité sur le temps qui passe et les rêves que nous abandonnons en cours de route. Le ton est à la fois léger et touchant, et le personnage principal très attachant dans sa quête de lui-même. Je suis très heureuse de cette découverte que je ne peux que vous recommander.

Pour résumer …

Même si les dessins ne m’ont pas touchée, j’ai beaucoup aimé cette histoire pleine de tendresse et d’originalité pour évoquer le temps qui passe et nos rêves d’enfant, souvent oubliés.

Ma note : ★★★★★☆
(16/20)

Une réflexion sur “Quelqu’un à qui parler • Cyril Massarotto et Grégory Panaccione

  1. J’avais lu le roman il y a environ 5-6 ans et j’avais beaucoup aimé cette histoire insolite tellement originale et touchante ! Merci d’avoir partagé cette version & belle journée à toi ☼

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.