Ma wishlist au format poche – Rentrée 2020

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas fait de repérages en poche. Voici une liste de titres qui viennent de paraître et qui m’intéressent beaucoup.

26 août 2020 : Girl, de Edna O’Brien (Le Livre de Poche)

Girl est un roman sidérant, qui se lit d’un souffle et laisse pantois. Ecrivant à la première personne, Edna O’Brien se met littéralement dans la peau d’une adolescente enlevée par Boko Haram. Depuis l’irruption d’hommes en armes dans l’enceinte de l’école, on vit avec elle son rapt, en compagnie de ses camarades de classe ; la traversée de la jungle en camion, sans autre échappatoire que la mort pour qui veut tenter de sauter à terre ; l’arrivée dans le camp, avec obligation de revêtir uniforme et hijab. La faim, la terreur, le désarroi et la perte des repères sont le lot quotidien de ces très jeunes filles qui, face aux imprécations de leurs ravisseurs, finissent par oublier jusqu’au son de leurs propres prières. Mais le plus difficile commence quand la protagoniste de ce monologue halluciné parvient à s’évader, avec l’enfant qu’elle a eu d’un de ses bourreaux. Après des jours de marche, un parcours administratif harassant lors de son arrivée en ville, celle qui a enfin pu rejoindre son village et les siens se retrouve en butte à leur suspicion et à l’hostilité de sa propre mère. Victime, elle est devenue coupable d’avoir introduit dans leur descendance un être au sang souillé par celui de l’ennemi. Ecrit dans l’urgence et la fièvre, Girl bouleverse par son rythme et sa fureur à dire, une fois encore, le destin des femmes bafouées. Dans son obstination à survivre et son inaltérable confiance en la possible rédemption du coeur humain, l’héroïne de ce très grand roman s’inscrit dans la lignée des figures féminines nourries par l’expérience de la jeune Edna O’Brien, mise au ban de son pays alors qu’elle avait à peine trente ans. Devenue un des plus grands écrivains de ce siècle, elle nous offre un livre d’une sombre splendeur avec, malgré tout, au bout du tunnel, la tendresse et la beauté pour viatiques.

16 septembre 2020 : Le bûcher, de Perumal Murugan (Hauteville)

Après la mort de son père, Kumaresan quitte son village natal et se rend à la ville pour y trouver du travail. A l’usine, il met le soda en bouteille avant d’aller le livrer à vélo aux échoppes qui en font commerce. C’est là qu’il fait la rencontre de Saroja, et tout à coup, c’est l’amour fou. Mais c’est aussi un amour interdit : la jeune fille n’est pas issue de la même caste que lui. Avec la fougue de la jeunesse, ils se marient clandestinement dans un temple peu regardant sur l’origine sociale des mariés, avant de regagner ensemble le village de Kumaresan. Le jeune homme est persuadé qu’il finira par avoir raison des réticences des siens et par faire accepter sa femme. Mais dans ce petit village isolé du Tamil Nadu où les traditions pèsent comme une chape de plomb, le piège se referme sur eux, jour après jour.

17 septembre 2020 : Love and other words, de Christina Lauren (Hugo & Cie)

Mary, interne en pédiatrie, prépare sans conviction son mariage avec un homme plus âgé qu’elle, tout en gardant ses distances. Lorsqu’elle tombe sur Elliot — son premier et unique amour —, la vie parfaite qu’elle s’était construite commence à se craqueler. Jadis, Elliot était tout pour Macy. Son ami studieux et maladroit avec qui elle passait des heures à dévorer des livres, à partager mots favoris, peines et victoires, jusqu’à ce qu’il devienne peu à peu l’homme auquel elle ouvrirait son coeur après le décès de sa mère… et avant qu’il ne le brise le soir-même où il lui déclarait sa flamme. Dix ans après leur rupture, le hasard réunit à nouveau ces deux amours de jeunesse séparés pour de mystérieuses raisons. Même si leurs souvenirs sont assombris par ce qui est survenu cette nuit-là, Elliot parviendra-t-il à percer le secret des dix années de silence de Mary et à la convaincre que l’amour absolu existe, quitte à se dépasser lui-même ?

24 septembre 2020 : Les fillettes, de Clarisse Gorokhoff (Points)

Anton et Rebecca s’aiment. Ensemble ils connaissent la fantaisie, la liberté, les soubresauts incessants. Leur histoire va vite : Justine, Laurette et Ninon naissent en un souffle. Ils forment une famille unie. Si Rebecca reste une flamme, elle sombre pourtant un peu plus chaque jour. L’amour pourra-t-il sauver Rebecca de ses démons ? Trois fillettes peuvent-elles sauver une femme ?

01 octobre 2020 : Nos âmes tourmentées, de Morgane Moncomble (Hugo & Cie)

Lorsqu’Azalea revient à Charleston, sa ville natale, ce n’est pas de gaîté de cœur. Elle a préféré partir quelques années aupara- vant pour échapper à des souvenirs pénibles et pour mettre le plus de distance possible entre elle et ceux qui lui ont fait du mal. Sa mère, avec qui elle n’avait plus aucun lien, vient de mourir lui laissant sa maison et une succession à régler. Là voilà de nouveau dans la maison familiale, pour un temps qu’elle espère le plus bref possible. Jusqu’à ce qu’elle fasse la connaissance d’Eden, son nouveau voisin. Il est charmant, amusant, différent des hommes qu’elle a rencontrés jusqu’alors. Il lui donne envie de changer, de bouscu- ler le fragile équilibre qu’elle avait trouvé loin d’ici. Peut-être même de céder à son attirance. De vivre heureuse à nouveau tout simplement. Mais cela impliquerait de rester à Charleston. Est-elle capable de faire table rase du passé, d’oublier tout ce qui s’est passé ici ? Eden a ses propres fêlures mais il est prêt à l’aider. Azalea a un long chemin à parcourir mais il pourrait la conduire vers l’amour et le bonheur.

01 octobre 2020 : Mon territoire, de Tess Sharpe (Pocket)

À 8 ans, Harley McKenna a assisté à la mort violente de sa mère. Au même âge, elle a vu son père, Duke, tuer un homme. Rien de très étonnant de la part de ce baron de la drogue, connu dans tout le nord de la Californie pour sa brutalité, qui élève sa fille pour qu’elle lui succède. Adolescente, Harley s’occupe du Ruby, un foyer pour femmes en détresse installé dans un motel, fondé des années plus tôt par sa mère. Victimes de violence conjugale, d’addictions diverses, filles-mères, toutes s’y sentent en sécurité, protégées par le nom et la réputation des McKenna. Mais le jour où une des pensionnaires du Ruby disparaît, Harley, en passe de reprendre les rênes de l’empire familial, décide de faire les choses à sa manière, même si elle doit, pour cela, quitter le chemin qu’on a tracé pour elle.

Certaines de ces sorties poche vous tentent-elles ?

4 réflexions sur “Ma wishlist au format poche – Rentrée 2020

  1. Je viens d’acheter d’occasion « Les fillettes » donc je dirais « Le bûcher ». Encore une fois mille mercis pour le partage ^-^ Belle fin de journée et surtout prends bien soin de toi durant cette période qui n’est pas pas évidente… Bisous d’Alsace ♥

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.